Algodystrophie – rare et douloureuse

Accueil / Articles Pathologies / Algodystrophie – rare et douloureuse
Algodystrophie – rare et douloureuse

Algodystrophie – rare et douloureuse

Douleurs articulaires, sudation excessive limités à un membre, brûlure ou décharge… voici quelques syndromes constituant les signes particuliers de l’algodystrophie. Longtemps méconnue et difficilement diagnostiquée, cette maladie dévoile peu à peu ses secrets.

Qu’est-ce que l’algodystrophie ?

L’algodystrophie est un syndrome douloureux complexe centré sur une articulation ou plusieurs (syndrome épaule-main). Cette pathologie entraîne des douleurs chroniques elles-mêmes responsables de difficultés aux mouvements. Des examens (radios, IRM) peuvent être nécessaires pour éliminer un autre diagnostic. Quand le diagnostic est précoce, cela permet un traitement plus adapté par kinésithérapie, parfois accompagné d’infiltrations de corticoïdes.

Il en existe deux types : les algodystrophies primitives qui représentent 25% des cas et les secondaires qui représentent 75% des cas.

patient en train de passer l'échographie de l'épaule AdobeStock_152354148-©romaset

  • Algodystrophie de type I : apparaît souvent suite à un traumatisme, mais celui-ci n’est pas indispensable. Elle est souvent secondaire à une opération chirurgicale, un traumatisme même léger, une entorse ligamentaire ou toute autre atteinte d’une articulation. Les douleurs se manifestent sur une zone importante, voire sur tout un membre. Les troubles de circulation (oedème, chaleur) sont fréquents, de même que la décalcification des os et les rougeurs sur la peau.
  • Algodystrophie de type II : apparaît aussi après un traumatisme, ou une répétition de microtraumatismes. Un nerf est endommagé localement. Aucun signe clinique n’apparaît au départ mais les tissus dépendant de ce nerf deviennent hypersensibles. Ceci est d’ailleurs souvent source d’incompréhension de la part du médecin.

Quels sont les symptômes ?

L’algodystrophie se manifeste par une douleur diffuse et profonde parfois à type de brûlures ou de décharges, une impotence fonctionnelle avec une diminution des mouvements ou une impossibilité à utiliser l’articulation. L’amélioration est très lente et progressive et ne laisse en général pas de séquelles s’il n’y a pas de retard à la prise en charge thérapeutique.

Quelles sont les causes ?

Les algodystrophies surviennent après un traumatisme, une immobilisation (plâtre, résine ou orthèse) ou après un geste de chirurgie des membres. Elles peuvent aussi survenir à la suite d’une affection neurologique, centrale ou périphérique. Le diabète aussi joue un rôle favorisant.

Renseignez-vous plus sur le traitement des infiltrations réalisées sous guidage radiographique et échographique.