Infiltrations réalisées sous guidage radiographique et échographique

Accueil / Articles Traitements / Infiltrations réalisées sous guidage radiographique et échographique
Infiltrations réalisées sous guidage radiographique et échographique

Infiltrations réalisées sous guidage radiographique et échographique

Le principe de l’infiltration cortisonique

L’infiltration est une technique qui consiste à injecter le produit cortisonique anti-inflammatoire de façon très précise dans la zone concernée. Pratiqué sous guidage radio- ou échographique, cet acte permet de contrôler le trajet de l’aiguille pendant la durée du geste. La technique est donc précise et efficace. Elle permet de traiter rapidement une articulation douloureuse, de sortir rapidement d’un handicap ou d’une immobilisation qui créent leurs propres complications.

Les risques de l’infiltration cortisonique

Les infiltrations sont un acte courant, mais ont une réputation controversée. Cependant le rapport bénéfices-risques est largement en faveur du patient. Les complications possibles sont : douleurs après le geste (maximum 48h après certains produits comme l’hexatrione), décoloration de la peau, atrophie cutanée en regard, calcifications sous cutanées, hématomes (anticoagulants), etc…

Les réactions douloureuses persistantes sont anormales. Elles peuvent signaler une évolution de la pathologie, ou être symptôme d’une infection. Il faut alors se rapprocher du rhumatologue qui a pratiqué le geste si l’articulation est rouge, gonflée et qu’il y a de la fièvre. Ne pas prendre d’antibiotiques par anticipation.

seringue patch brodé à coudre sur le vêtement

Quelques informations relatives au traitement

Une contre-indication pourrait concerner le diabète et l’hypertension car l’injection d’un corticoïde peut provoquer l’augmentation de sucre dans le sang (glycémie) et de la TA pendant quelques jours après le geste. Toutefois, il ne faut pas l’exclure systématiquement car l’infiltration unique et prudemment dosée peut apporter un résultat rapidement et écarter d’autres traitements plus risqués (une prise prolongée d’anti-inflammatoires, ou une opération).

Pour certaines infiltrations plus douloureuses, ou si vous avez une crainte particulière avant un geste infiltratif, il est possible, sur demande préalable, d’effectuer une anesthésie temporaire au masque avec du Meopa (Kalinox).

Le Meopa est un mélange de 2 gaz en parties égales : le protoxyde d’azote et l’oxygène.

C’est un gaz indolore, inodore et sans saveur, présenté sous pression dans une bouteille, vous respirez le gaz dans le masque, l’inhalation va favoriser la détente et diminuer la sensibilité à la douleur. Vous restez conscient. Son effet se dissipe en quelques minutes.

Demandez des informations complémentaires à votre médecin. Cette technique simple et efficace n’est pas pour autant prise en charge par la sécurité sociale.

Renseignez-vous plus sur les pathologies nécessitants la technique d’infiltration dans nos articles : arthrose, polyarthrite rhumatoïde et algodystrophie.