Ostéoporose

Accueil / Articles Pathologies / Ostéoporose
Ostéoporose

Ostéoporose

Elle s’ajoute à la longue liste des désagréments liés à la ménopause. L’ostéoporose arrive à pas de velours, pourtant elle ruine au passage notre capital osseux. Comment s’en sortir sans payer la f(r)acture ?

Après l’arthrose, l’ostéoporose est un fléau de l’âge mûr. Elle touche près d’une femme sur trois après la ménopause. Ainsi, en France, près de 2,5 millions de femmes en sont atteintes, faisant de l’ostéoporose un problème de santé publique. Un tiers des femmes risque ainsi d’être victime d’une fracture due à cette pathologie.

docteur en train d'examiner le poignet d'une femme

Qu’est-ce que l’ostéoporose ?

L’ostéoporose est un processus naturel lié le plus souvent au vieillissement. Elle se caractérise par une perte de la résistance des os et une prédisposition aux fractures. Elle rend les os plus poreux et plus susceptibles de se fracturer lors d’une chute banale qui, en temps normal, aurait été sans conséquence. La fragilité des os est liée à un déséquilibre dans la structure de l’os. Le processus se traduit par une perte d’épaisseur des corticales et raréfaction des travées osseuses. Autrement dit, les cellules qui résorbent l’os (ostéoclastes) sont plus actives que celles qui le construisent (ostéoblastes).

Quelles sont les causes ?

femme d'âge mûr, souriante ostéoporose.Baisse des œstrogènes
La pathologie survient en moyenne vers 50 ans accompagnée d’une chute des œstrogènes, mais les femmes plus jeunes, touchées par la ménopause précoce ne sont pas à l’abri de la maladie. Pourquoi cette corrélation œstrogènes – ostéoporose ? Lorsque l’activité des ovaires s’arrête, la carence en œstrogènes provoque un déséquilibre dans le fonctionnement des cellules osseuses chez la femme ce qui conduit à un remodelage osseux et à une perte osseuse.

Prise de médicaments
La prise de corticoïdes au long cours (plus de 3mois même à faible dose) , la prise d’hormones thyroïdiennes ou l’héparine sont des facteurs de risque provoquant une fragilité osseuse.

Risques liés à la période d’adolescence
Une puberté tardive, une mauvaise acquisition de la masse osseuse à l’adolescence ont leur part de responsabilité dans l’apparition de l’ostéoporose à l’âge adulte. S’il est vrai que 70% de l’acquisition du pic de masse osseuse est génétiquement déterminé, les 30% qui restent dépendent de l’apport vitamino-calcique et de l’activité physique chez un adolescent.

Comment la détecter : les symptômes

L’ostéoporose passe souvent inaperçue car cette pathologie s’installe sans aucune manifestation ni aucune douleur. La fracture ou la déminéralisation sur un cliché radio (os clair, os transparent) peuvent la révéler. Les trois types de fractures les plus fréquentes et graves qui doivent alarmer la personne atteinte d’ostéoporose sont : la fracture du poignet, du col du fémur et de la colonne vertébrale.

Par ailleurs, quelques signes banals comme la perte de quelques centimètres au niveau de la taille (tassement vertébral), la fracture spontanée sans choc, un IMC bas (indice de masse corporelle) doivent inciter la personne à effectuer l’examen de la densitomètrie osseuse. De même s’il existe des antécédents de fracture du col du fémur chez les parents il est conseillé d’effectuer l’examen. Idéalement chaque femme à la ménopause doit bénéficier d’un examen de dépistage.

N’attendez pas à prendre un rendez-vous pour effectuer l’examen de la densitométrie osseuse.