Traitement de la polyarthrite rhumatoïde

Accueil / Articles Traitements / Traitement de la polyarthrite rhumatoïde
Traitement de la polyarthrite rhumatoïde

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde

Quels sont les objectifs du traitement de la polyarthrite rhumatoïde ?

Une prise en charge précoce de la maladie par un spécialiste permet d’améliorer l’issue de la maladie. Il proposera une stratégie thérapeutique comportant plusieurs volets.

Quels sont les traitements lors d’une crise de la polyarthrite rhumatoïde ?

Le traitement des symptômes 
Le traitement comprend du repos, l’utilisation d’antalgiques classiques, d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, et de corticostéroïdes à faible dose. La dose administrée peut varier suivant l’intensité de la douleur pour soulager rapidement le patient en attendant l’efficacité du traitement de fond.

Le traitement de fond de la maladie 
Afin de contrôler les manifestations inflammatoires de la maladie et freiner son évolution destructrice un traitement de fond est nécessaire, on utilise alors des « DMARD » (disease modifying anti-rheumatic drugs). La molécule est choisie selon l’activité inflammatoire et la sévérité de la maladie.

La molécule parfois utilisée lors d’une forme peu active et non érosive de la polyarthrite correspond aux antipaludéens de synthèse (Hydroxychloroquine = Plaquénil). En première intention, on utilise souvent le « Méthotrexate » (prise médicamenteuse ou injectable hebdomadaire). D’autres molécules sont également employées comme « Léflunomide (Arava) », « Sulfasalazine (Salazopyrine) ». L’association de ces molécules (Salazopyrine + Méthotrexate +/- Hydroxyplaquenil) améliore l’efficacité du traitement. Les immunosuppresseurs comme « l’Azathioprine (Imurel) « ou de la « Ciclosporine (NeoralSandimmum) » ne sont plus d’actualité.

L’utilisation des « biothérapies » est réservée aux formes sévères d’emblée, ou en cas d’échec ou d’échappement aux traitements précédents.

pieds dans l'eau thermalisme © ze-zorzan-57617-unsplashLe traitement local de la maladie 
Dans le cas d’une ou deux articulations gonflées des infiltrations intra articulaires de dérivés corticoïdes peuvent être proposées.

La chirurgie peut être employée dans certains cas (correction d’une déformation invalidante ou douloureuse, réparation tendineuse par exemple).

Le traitement non médicamenteux de la maladie

mains posé sur le dos nu d'une femme alongée, massage ou séance de kinésitérapie © toa-heftiba-578099-unsplashUne part non pharmacologique complète le traitement médicamenteux comme les techniques de kinésithérapie, de balnéothérapie, de thermalisme, d’ergothérapie et les orthèses.

L’activité physique rééducative (vélo, marche sur tapis, exercices de gymnastique, yoga, Tai-chi…) est recommandée, tout comme une modification du régime diététique (risque de prise de poids sous cortisone).

Des aménagements de l’environnement (familial, professionnel…) du patient via des aides techniques et/ou sociales sont parfois indispensables. Une pédagogie sur la maladie est nécessaire pour accompagner le patient. L’information concernant la maladie, individuellement ou au sein de groupes de patients est utile.

 

Découvrez plus sur les origines et l’évolution de la polyarthrite rhumatoïde.