Traitement de la goutte

Accueil / Articles Traitements / Traitement de la goutte
Traitement de la goutte

Traitement de la goutte

Quels sont les objectifs du traitement de la goutte ?

Le traitement de la goutte doit permettre de soulager la douleur de la crise, de réduire le taux d’acide urique dans l’organisme et de prévenir la récidive des crises. L’objectif du traitement est de diminuer l’uricémie en dessous de 60 mg/L (360 µmol/L).

Quels sont les traitements lors d’une crise de goutte ?

Lors d’une crise aiguë, le traitement comprend du repos, des mesures locales telles que l’application de glace sur l’articulation douloureuse, la prise de médicaments anti-inflammatoires, et une modification du régime alimentaire.

Dès les premiers symptômes de la goutte et pour un soulagement rapide de la douleur, votre médecin rhumatologue peut vous prescrire de la Colchicine.

Lorsque les crises sont trop fréquentes et qu’il faut réduire le taux d’acide urique dans le sang votre médecin vous prescrira Allopurinol. Une autre solution possible en cas d’intolérance ou d’allergie est l’utilisation du Febuxostat.

Toutes les prescriptions médicales doivent être établies par votre médecin afin d’éviter toutes interactions médicamenteuses, allergies et intolérances. Le traitement est à prendre à vie.

asperges crus sur une planche en bois
L’asperge, le haricot, le pois et le chou-fleur renferment une certaine quantité de purines. Limitez-en votre consommation après une crise de la goutte.

Quelles sont les recommandations lors d’une crise de Goutte ?

Lorsque l’acide urique est élevé, les diurétiques utilisés dans le traitement de l’hypertension artérielle, doivent être arrêtés après accord du généraliste et/ou du cardiologue.

Il est souhaitable aussi de diminuer significativement la prise d’alcool (bière, alcool fort comme le cognac, whisky…) ainsi que les boissons sucrées riches en fructose.

Un régime diététique particulier est encouragé avec une nourriture pauvre en purines et réduction des apports caloriques. En règle générale, les repas à base de viandes doivent être éliminés. Les aliments à éviter sont : charcuterie, abats, notamment le foie, la cervelle, les rognons, le ris de veau, mais aussi les tripes, la langue, le cœur, viande rouge, saumon, crustacés.

Pareil pour certains poissons dits « bleus » comme l’anchois, le hareng ou la sardine. C’est le cas également de la carpe, du brochet ou de la truite, mais aussi du saumon, de la morue (cabillaud) et des œufs de poissons. Les coquillages, crustacés et soupes de poissons sont aussi proscrits.

Les malades doivent également éviter les gibiers, en particulier quand ils sont « faisandés » (par exemple la bécasse), le pigeon, le canard, l’oie, les bouillons à base de viande ou encore les fromages fermenté.

Certains aliments peuvent maisser légèrement l’uricémie : les cerises et le café.

La goutte – une forme d’arthrite très douloureuse. Pourquoi ?